CORONAVIRUS : QUELS MICRONUTRIMENTS SONT À PRIVILÉGIER POUR RENFORCER L’IMMUNITÉ?

Les scientifiques sont unanimes : le coronavirus touche particulièrement deux catégories de personnes : dans le premier cas, il s’agit de personnes présentan…

Le coronavirus touche désormais tous les continents.

Devant cette épidémie grandissante, vous avez été nombreux à me solliciter par mail ou par téléphone, afin de savoir s’il y avait des moyens particuliers pour s’armer contre cela, à savoir quels nutriments fallait il privilégier pour renforcer son système immunitaire et prévenir au mieux ce virus et quel complément alimentaire fallait-il prendre.

Les scientifiques sont unanimes. La probabilité d’attraper ce virus est plus importante chez certains individus que l’on pourrait classer en 2 catégories. 

 PREMIER CAS : LES PERSONNES QUI ONT UNE IMMUNITE DEFICIENTE

  • Les personnes âgées
  • Les immunodéprimés
  • Les personnes carencées en nutriments essentiels à une réponse immunitaire adéquate. 

Petite parenthèse sur le système immunitaire :

Le système immunitaire est nécessaire pour nous protéger des bactéries, virus et autres intrus.. Il est localisé dans l’intestin en majorité (à 70-80% environ) et est en contact direct avec les bacteries de votre flore intestinale. Nos bactéries intestinales c’est à dire notre microbiote en sont les éducatrices. Autrement dit lorsque la flore intestinale est perturbée, le système immunitaire le sera aussi.

Dès qu’une molécule étrangère et suspecte arrive dans notre organisme, le système immunitaire se dépeche de l’éliminer. Grace à un « code barre » ou «système de scann » ultraperformant il va pouvoir identifier les intrus et les neutraliser. Il va pour cela déclencher de la fièvre, des symptômes inflammatoires qui ne sont autres que les patrouilles de défenses de notre organisme à l’œuvre.

Lorsqu’il est performant, il va faire ce travail et tout sera résolu mais à l’unique condition qu’il ait tous les nutriments pour le faire. 

QUELS SONT LES MICRONUTRIMENTS POUR RENFORCER LE SYSTEME IMMUNITAIRE ET QUELS SONT LES COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES LES MIEUX ADAPTÉS ?

Ces micronutriments sont : 

LA GLUTAMINE

la glutamine est le carburant utilisé par les cellules qui se divisent vite comme les lymphocytes autrement dit le système immunitaire.

LE ZINC

Le zinc  est indispensable à la maturation de ces lymphocytes et va stimuler l’immunité antivirale d’une part et va exercer une action antivirale directe d’autre part. 

régénération intestin

COMPLÉMENT ALIMENTAIRE : RÉGÉNÉRATION INTESTIN (ZINC + GLUTAMINE + VIT B3) : 6/JOUR AVANT LES REPAS 

LA VITAMINE D

POTION D

La vitamine D est la vitamine incontournable de l’immunité puisqu’elle va renforcer l’immunité, diminuer le risque d’infections. Tout ceci est bien établi je conseille de prendre au moins 3000 UI de vitamine D mais au quotidien car prendre une dose massive de 100 000 UI en 1 seule fois par exemple n’aura pas de réels effets sur le système immunitaire et sur le long terme car ne permet pas une absorption optimale. La majorité se retrouvera éliminée.

COMPLÉMENT ALIMENTAIRE : POTION D : 3 À 4 GOUTTES PAR JOUR AU MOMENT D’UN REPAS

ALZIADETOX

 LE GLUTATHION

Le glutahion  que vous trouverez dans le produit ALZIADETOX a la capacité de réduire l’incidence des infections et de renforcer le système immunitaire.

COMPLÉMENT ALIMENTAIRE : ALZIADETOX : 2 À 4 GÉLULES/J MIDI ET/OU DINER

LA VITAMINE C

La vitamine C va rebooster le système immunitaire et permettre de mieux combattre les infections et virus.

Vous en trouverez en pharmacie sous forme naturelle ou sous forme d’acide ascorbique. Le produit ALZIADETOX est un complément complet qui contient du GLUTATHION et de la VITAMINE C ainsi que du CURCUMA.

Je vous conseille d’en prendre 2 à 4 gélules par jour au moment des repas;

LES PROBIOTIQUES 

S’il est une chose importante à faire pour renforcer son immunité c’est de s’occuper de ses bactéries intestinales en prenant des probiotiques !

Mais attention pas toutes les souches sont efficaces ;

L’efficacité d’un probiotique doit être démontrée via des études sur ses souches.

Les probiotiques « IMMUNITÉ MICROBIOTE » vont comme leur nom l’indique agir efficacement en renforçant l’immunité.

IMMUNITÉ MICROBIOTE

Il a été démontré que la souche NCFM renforçait l’immunité et induisait des gènes de la défense immunitaire et diminue l’incidence des symptômes grippaux et des rhumes chez les enfants.

La souche HN019 renforce l’immunité chez les personnes âgées 

IMMUNITÉ MICROBIOTE : 1 LE MATIN À JEUN (À MAINTENIR AU FRAIS).

DEUXIEME CAS DE FIGURE : UNE REPONSE IMMUNITAIRE EXAGEREE ET INADEQUATE.

 Mais autre cas de figure, le SI peut réagir de façon excessive et anarchique notamment chez les personnes qui ont un profil plutôt pro inflammatoire.  Il s’emballe trop et attaque tout ce qui bouge ; Il s’emballe tellement qu’i va créer des dommages au niveau des tissus qui sont bien pires que ceux crée par le virus seul notamment au niveau pulmonaire dans le cas du coronavirus. 

Il faudra dans ce cas, ajouter des nutriments anti inflammatoires pour calmer la réponse excessive du système immunitaire.

CURCUMA

Fotolia_73942822_XS.jpg

Je conseille du CURCUMA : un jus de curcuma-gingembre tous les matins râpés dans de l’eau ou ajouté à un jus fraichement pressé à l’extracteur (carotte/curcuma/pomme/gingembre par exemple).

Le curcuma a des effets anti inflammatoires avérés.

LES OMEGA 3 LONGUE CHAINE

OMEGA 3 MERS FROIDES

OMEGA 3 MERS FROIDES : 3 /JOUR : À PRENDRE AU MOMENT DU REPAS.

NORME « QUALITYSLIVER », « FRIEND OF THE SEA », « POLLUANTS NON MERCI »

Les omega 3 vont moduler la réponse inflammatoire et changer le profil de la personne.

De plus ils vont optimiser la fluidité des membranes permettant ainsi une meilleure immunité et une meilleure communication entres les cellules.

OMEGA 3 MERS FROIDES

L’ALIMENTATION

·     Je vous conseille de limiter les produits laitiers qui sont souvent mal tolérés et de limiter les pâtes en excès qui vont activer la production de mucus en excès.

·     Les légumes et les fruits riches en antioxydants et minéraux doivent être consommés chaque jour.

·     Mastiquer ! car manger trop vite crée de la porosité intestinale et un intestin poreux entraine l’entrée de toxines et d’intrus de tout genre dans l’organisme donc préserver l‘effet barrière!

LES RÈGLES D’HYGIÈNE

Pour le reste , c’est largement relayer partout, sans rentrer dans la psychose, lavez vous les mains dès que vous pouvez et évitez de vous mettre les doigts dans la bouche (ou dans le nez) ou de gratter une muqueuse comme celle de l’œil par exemple avant de vous être lavé les mains. (attention aux poignets de portes de portails d’immeubles, boutons d’ascenseur…)

A bientôt,

Dr ANNE-MARIE PAVERANI

ÉTUDES CLINIQUES

Etudes cliniques VITAMINE D

  • Vitamin D deficiency promotes epithelial barrier dysfunction and intestinal inflammation. Assa A, Vong L, Pinnell LJ, Avitzur N, Johnson-Henry KC, Sherman PM
  • Vitamin A and vitamin D regulate the microbial complexity, barrier function, and the mucosal immune responses to ensure intestinal homeostasis. Cantorna MT, Snyder L, Arora J
  • Vitamin D: Nutrient, Hormone, and Immunomodulator ; Sassi F, Tamone C, D’AmelioP
  • Vitamin D and Metabolic Diseases: Growing Roles of Vitamin D. Park JE, Pichiah PBT, Cha YS 

PROBIOTIQUES SOUCHE NCFM ET HN019

  • Augmentation de l’activité des PHAGOCYTES et les NATURAL KILLERS :  principaux biomarqueurs de l’immunité naturelle et donc amélioration de la réponse immunitaire.
  • Probiotics and immunosenescence: cheese as a carrier. ibrahim F1, Ruvio S, Granlund L, Salminen S, Viitanen M, Ouwehand AC.
  • Effets de la prise de probiotiques sur l’incidence et la durée de symptômes grippaux et de rhume chez des enfantsGregory J. Leyer, Shuguang Li, Mohamed E. Mubasher, Cheryl Reifer and Arthur C. Ouwehand.  Probiotic Effects on Cold and Influenza-Like Symptom Incidence and Duration in Children – Pediatrics 2009;124;e172-e179; originally published online Jul 27, 2009; 2005;81:1026-1033. PMID: 19651563
  •  Régulation des cellules dendritiques immatures et des lymphocytes T avec la protéine A de surface de lactobacillus acidophilus NCFM
  • S layer protein A of Lactobacillus acidophilus NCFM regulates immature dendritic cell and T cell functions Sergey R. KonstantinovHauke SmidtWillem M. de VosSven C. M. BruijnsSatwinder Kaur Singh,Florence Valence,Daniel MolleSylvie LortalEric Altermann,Todd R. Klaenhammer,and  Yvette van Kooyk
  • Induction de gènes de la défense immunitaire : Lactobacillus acidophilus induces virus immune defence genes in murine dendritic cells by a Toll-like receptor-2-dependent mechanism.
  • Renforcement de l’immunité avec la souche hn019 renforce l’immunité chez les personnes âgées et est efficace pour rééquilibrer le microbiote/ Enhancement of immunity in the elderly by dietary supplementation with the probiotic Bifidobacterium lactis HN019. Gill HSRutherfurd KJCross MLGopal PK.
  •  Enhancing immunity by dietary consumption of a probiotic lactic acid bacterium (Bifidobacterium lactis HN019): optimization and definition of cellular immune responses.

Zinc, glutamine, curcuma , omega 3 longue chaine

  • Vitamin A and vitamin D regulate the microbial complexity, barrier function, and the mucosal immune responses to ensure intestinal homeostasis. Cantorna MTSnyder L, Arora J
  • Effect of glutamine on the intestinal permeability changes induced by indomethacin in humans. Hond ED, Peeters M, Hiele M, Bulteel V, Ghoos Y, Rutgeerts P
  • Zinc supplementation modifies tight junctions and alters barrier function of CACO-2 human intestinal epithelial layers. Wang X, Valenzano MC, Mercado JM, Zurbach EP, Mullin JM.
  • Targets of curcumin Hongyu Zhou , 1 Christopher S. Beevers , 1 and Shile Huang Targets of curcumin Hongyu Zhou , 1 Christopher S. Beevers , 1 and Shile Huang 
  • Yang W., Chen X., Chen M., Li Y., Li Q., Jiang X., Yang Y., Ling W. Fish oil supplementation inhibits endoplasmic reticulum stress and improves insulin resistance: Involvement of AMP-activated protein kinase
  •  n-3 polyunsaturated fatty acids and cytokine production in health and disease.
  • Calder P. C. n−3 polyunsaturated fatty acids, inflammation, and inflammatory diseases. The American Journal of Clinical Nutrition. 2006;83(6, supplement):1505S–1519S

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *